Néo-gaullisme, pompidolisme et néo-pompidolisme

Publié le par Sébastien NANTZ et Christophe CHASTANET

Pompidou était il finalement gaulliste ? En étudiant bien le cas on peut éventuellement se poser la question. Il est vrai que la politique de Pompidou était finalement assez différente de celle du général.

Pompidou a accepté l'entrée de l'Angleterre ce que de Gaulle avait toujours refusé, il a également été le premier à mentionner une monnaie européenne. Il fut aussi le premier à défendre l'idée du quinquennat dans nos institutions.

Sa politique était plutôt interventionniste soit mais surtout très conservatrice raison pour laquelle il avait refusé à la fois la participation que défendait le général et la nouvelle société que prônait Chaban-Delmas.

N'oublions pas également cette politique souhaitée par Pompidou de faire venir des immigrés dans le seul but de diminuer les salaires en France.

On ne parle, alors, plus de gaullisme mais de néo-gaullisme.

Mais, si le Pompidolisme peut encore être considéré en réalité comme une dérive droitière du gaullisme, les nouveaux renoncements aux valeurs gaullistes (Europe supranationale, cohabitation etc...) fait par les successeurs de Pompidou, depuis plus de 20 ans, ont achevé l'oeuvre. Aujourd'hui nous pouvons désormais parler à l'UMP d'un néo-pompidolisme plus mais certainement plus de "néo-gaullisme" qui lui reste attaché aux valeurs orthodoxes du gaullisme concernant la souveraineté de la France et les institutions de la Vème République.

Publié dans Histoire

Commenter cet article