L'anti-De Gaulle

Publié le par Sébastien NANTZ

Interview de Louis Vallon 5-11-1969 suite à la publication de son livre "l'anti-de Gaulle".

Louis Vallon: L'anti-de gaulle c'est quiconque a des réflexes différentes de De Gaulle et par conséquent veut une politique différente de la sienne, ce n'est pas du tout l'équivalent d'anti-gaulliste.

Pierre Dumayet: Qui est la personne désignée ?

Louis Vallon: C'est une personne, vous devinez qui, ce n'est pas la peine de vous le dire. C'est Georges Pompidou qui a des réflexes très différentes du général, ce qui a probablement servit le général, et qui maintenant me paraît donner un tour à la politique française assez différent et surtout à mon avis, pendant une certaine période transitoire, a pris des initiatives dont certains me paraissent condamnables.

 

Par cette interview, Louis Vallon nous explique à sa façon qu'on ne peut se revendiquer de l'héritage du général De Gaulle si on opte pour une politique différente de celle qu'il a mené.

Il nous explique, donc de ce fait, que le gaullisme n'est pas qu'un terme vide de sens qui peut être interprêté n'importe comment et par n'importe qui. Le gaullisme repose bien sur les convictions et sur la politique opérée par le général De Gaulle, n'en déplaise à certains.

 


Sur quoi repose cette politique ?

De Gaulle avait clairement exprimé en quoi elle reposait

-Défense de l'indépendance nationale de la France
-Construction européenne reposant sur la réconciliation avec l'Allemagne et sur la coopération volontaire des nations européennes et non sur l'intégration supranationale.
-Politique européenne indépendante des USA et de l'URSS.
-Séparation des pouvoirs et pouvoir exécutif fort, président au dessus des partis élu pour 7 ans au suffrage universel (afin d'étendre son mandat sur 2 législatures).
-Liens entre le président de la République et le peuple notamment par l'intermédiaire du référendum.
-Refus du clivage gauche-droite et rassemblement du peuple français au delà des clivages politiques et de l'esprit partisan.
-Refus des dogmes politiques reposant sur une 3ème voie entre le libéralisme et le socialisme marxiste, entre le capitalisme et le collectivisme.
-Politique menant vers le progrès économique comme social.
-Mise en place de la macro et micro participation.
-Primauté du politique sur l'économique, le financier, l'administratif, etc.
-Solidarité nationale entre les citoyens et entre les territoires (sécurité sociale, services publics, péréquation, etc.)
-Droit des peuples à disposer d'eux même.

 

Sur quoi reposait la politique de Pompidou ?

-Politique internationale pro-atlantiste et entré de la Grande Bretagne au sein de l'union européenne.
-Discours portant sur la mise en place d'une monnaie européenne.
-Volonté d'instaurer le quinquenat (tentative échoué)
-Création de l'appellation "majorité présidentielle" transformant, d'après le terme, le Président de la République en chef de la majorité (contrairement au général qui se voulait au dessus des partis). Ce qui amena à la transformation des mentalités partisanes que l'on connait actuellement et à la bipolarisation gauche-droite.
-Réticense déclarée envers le recourt au référendum (en 1972, il en fit certes un, mais peu concluant et qui paraît avoir relevé davantage d'une manœuvre tactique pour tenter de diviser la Gauche que d'une inspiration vraiment gaullienne).
-Politique économique à tendance libérale.
-Conservatisme social notamment par le refus de la participation gaullienne et de la nouvelle société prônée par Chaban Delmas
-Politique immigrationniste dans le but unique d'une baisse des salaires en France.

 

Voila toute la différence entre le gaullisme et cette dérive droitière qu'on appelle néogaullisme et qui devrait plutôt s'appeler carrément Pompidolisme.


Les critiques de Louis Vallon envers la majorité Pompidolienne lui vallut, selon la logique partisane nouvellement instaurée, d'être exclu de l'UDR.

Publié dans Histoire

Commenter cet article