Lettre aux gaullistes d'apparat et aux patriotes du dimanche

Publié le par Sébastien NANTZ et Christophe CHASTANET

Qu'il est surprenant de voir où les convictions et le patriotisme commencent et se terminent.
En effet, n'est pas Jean Moulin ou de Gaulle qui veut. Rien de tel que les périodes électorales pour s'en rendre compte.

Il est par nature que pour certains la gloire, les honneurs et les postes sont une priorité absolue. Pour ceux-ci, le désir de reconnaissance personnelle passe avant tout autre chose, avant même l'avenir de la France.

Il est étonnant de voir le nombre de personnes qui hier combattaient le traité sur la constitution européenne et qui demain défendront (en se présentant pour certains d'entre eux aux législatives) un parti et un programme qui prévoit de faire voter par le parlement ce que le peuple français, lui même, avait refusé. Un programme qui prévoit également le renforcement du rôle de l'Europe dans l'OTAN et donc la soumission de celle-ci aux USA.

Non, nous ne parlons pas de ceux qui entre la République et la gauche ont finalement choisi cette dernière, nous nous sommes déjà exprimés sur le sujet, mais de ceux qui entre la France et la droite ont, sans la moindre hésitation, préféré la droite.
Pourtant une solution se dessinait pour eux, certes exigeante mais ô combien noble : elle était celle du refus des clivages politiques et du nécessaire rassemblement des français autour de la France par delà la droite et la gauche.
Bien entendu, cette solution a un risque. Lequel ? Celui de perdre sa vie ?
Evidemment non, nous ne sommes plus en période de guerre, le seul risque est celui de ne plus voir son nom figurer parmi les élites de la nation ; celui de ne plus bénéficier des avantages et des privilèges.

Nous pouvons facilement rapprocher cette situation de celle qu'avait connu, à l'époque du RPF, le général de Gaulle, celle qui, en effet, avait vu bon nombre de députés dits "gaullistes" se rallier au gouvernement de droite d'Antoine Pinay. Tous ceux qui connaissent cette page d'histoire se rappelleront la position tenue alors par le général.

Chers messieurs ou mesdames, il va donc de soit que par votre attitude vous n'oserez plus vous réclamer de cet homme. Il est également évident de même que vous n'oserez plus à l'avenir nous parler de la France et de ses intérêts puisque vous faites serment devant les électeurs de défendre un programme qui va à l'encontre de l'intérêt supérieur de notre pays.

Certains d'entre vous n'ont pas de mandat mais nous parlent de faire de l'entrisme afin de faire passer quelques idées aux candidats présumés "importants" allant même jusqu'à souhaiter, dans cette optique, que le seul candidat gaulliste et républicain n'obtienne pas les 500 signatures nécessaires pour entrer dans le débat présidentiel.

Que les choses soient claires : pour notre part, nous ne serons pas des vôtres car nous avons choisi de défendre un idéal et nous resterons fidèles à celui-ci.

"Utopistes, doux rêveurs" répondrez-vous ?
Assurément, si être utopiste c'est croire en ce que l'on défend et défendre ce en quoi l'on croit, sans le moindre écart.
Nous défendons la France et ses valeurs républicaines ; nous refusons cette lutte intestine des partis que notre pays subit depuis plus de 30 ans car "ce n'est pas la gauche la France, ce n'est pas la droite la France"...

Nous ne renoncerons pas à ces idéaux, tout le reste est secondaire.

En tant que gaullistes, nous défendons notre pays, cette liberté pour la France d'être elle même, aussi nous n'accepterons jamais ce que le parti de la majorité propose, ni les positions et propos tenus par son candidat qui est allé jusqu'à critiquer les choix politiques de son propre pays en territoire étranger.
Il aura beau s'entourer de ceux qui hier étaient à nos côtés, cela ne le changera pas car on ne change jamais la véritable nature des gens. D'ailleurs nous pouvons le constater puisque celui-ci s'est déclaré favorable à une proposition de loi qui vise à laisser la liberté aux régions françaises de s'adresser à Bruxelles sans passer par le filtre de la nation.

En tant que républicains, nous refusons également toute forme de discrimination même si on la qualifie de positive et nous refusons que la loi sur la Laïcité soit réformée donc nous ne pourrons nous résoudre à défendre un candidat qui va à l'encontre de ces valeurs républicaines.

Espérons pour vous, que vous n'aurez pas misé sur le mauvais cheval, certains l'ont fait en 1995 et l'ont très vite regretté.

Sébastien NANTZ

Christophe CHASTANET

Publié dans Elections 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

remi de rouen 20/06/2007 21:45

oui mais.....ily a dans la vie politique ,la république,l'organisation des hommes pour éviter 1 la guerre civile 2 la dictature.----2 choses 1 les idees des hommes -   2les hommes, donc representant,  ELUS  (e) des chefs......compagnons bonsoir rémi de rouen.que faire pour faire vivre nos mouvements nos PARTIS la force!!!

Raymond Hiresh 15/03/2007 00:23

L’identité (multi-)nationale de Sarkozy !
Nicolaï Sarkozy a obtenu la nationalité, je ne le conteste pas. Je ne cherche pas non plus à savoir s’il a la double nationalité Hongroise ou Israélienne, ou s’il a servi dans l’armée d’un de ces deux pays : il a le droit d’avoir la première par ce que ce sont les racines de son père, et il a le droit d’avoir la nationalité Israélienne par ce qu’il est de mère juive. Tout immigré francisé ou fils d’immigré mérite d’avoir la nationalité s’il a rempli certaines conditions, comme Sarkozy.
Le problème est d’une autre nature. Le problème est le suivant : Si la Légion Etrangère peut accueillir des étrangers qui peuvent ensuite devenir français par le mérite en servant la France, est-ce que la Présidence la République peut être confiée à un étranger naturalisé ou à un fils d’immigré ? La Présidence n’est pas moins que le plus haut poste de commandement des armées françaises! Dans beaucoup de pays y compris les Etats-Unis (qu’admire Sarkozy) le niveau d’enracinement en génération est une condition (tacite) d’accès à certains postes gouvernementaux sensibles. Peut-on dès lors confier la Présidence de la République à quelqu’un qui est français de première génération, qui de surcroît est allergique aux mots patriotisme, Union Européenne, Gaullisme, … ? Peut-on confier sans danger la Présidence de la République :- à quelqu’un qui, comme Sarkozy, mettrait les armées françaises au service d’intérêts étrangers au détriment de ceux de la France ?- à quelqu’un qui, comme Sarkozy, maintiendrait le budget de la défense mais obligerait ou imposerait ou favoriserait l’achat d’armes auprès d’amis étrangers producteurs d’armes, comme les Etats-Unis, Israël, …au détriment de notre industrie d’armement qui sera complètement démantelée par le libéralisme Sarkoziste- à quelqu’un qui vante la mondialisation, càd l’abattement des frontières économiques, culturelles, ….comme la destinée incontournable des nations ?- à quelqu’un qui, comme Sarkozy, pour qui la solidarité fiscale est celles des pauvres à qui il demande d’être solidaires des riches (!), car les pauvres riches ne doivent pas souffrir d’une grande perte de profits alors que le pays est de plus en plus riche en pauvres.- à quelqu’un, comme Sarkozy, qui lève plutôt le drapeau des multinationales (de ses amis) avant celui de la France (il suffit d’observer comment les medias du lobby Sarkoziste ont ridiculisé le Président Chirac durant les maintes campagnes étrangères dans lesquelles il défendait l’industrie française pour comprendre …)- à quelqu’un qui, comme Sarkozy, accepte de privatiser tout pour que les français finissent un jour par payer des taxes à des multinationales du lobby sarkozsite: pour boire l’eau de leurs sources et de leurs rivières, pour rouler dans sur les routes/rails sur les terres de France, pour utiliser les câbles de communication qui vont pénétrer chaque domicile, pour avoir de l’énergie produite par leurs centrales, et pour manger les produits de leurs terres…confisquées et contrôlées par des multinationales. Des multinationales qui sont pour certaines spécialisées dans l’évasion fiscale ! Ils mettront la main sur un secteur après l’autre, y compris l’éducation, la santé, et les armées.- à quelqu’un, comme Sarkozy, soutenu par le lobby INTERNATIONAL des médias qui s’est arrogé le droit et le pouvoir de ridiculiser qui il veut (individus, communautés chrétienne-musulmanes-…, voir même des pays), de désigner les candidats et dicter aux peuples son choix, de créer des discordes (entre communautés, régions, couches sociales, ….et pays), de persécuter des sociétés ou secteurs entiers pour laisser la main libre à des amis de leurs lobbies pour les acheter au plus bas prix (exploitation après exploitation, société après société, secteur après secteur, crise sanitaire après crise sanitaire!…une minorité pourrait ainsi à l’aide des médias et quelques amis contrôler non pas un pays seulement, mais le monde…l’UMP n’est qu’un exemple miniaturisé, ou des ‘soutiens’ ont été obtenus l’un après l’autre, comme un jeu de domino!)- à quelqu’un comme Sarkozy qui a laissé saboter des grandes réformes nécessaires pour faire échouer son propre gouvernement…pour ses propres intérêts, au détriment des intérêt de la France qui était défendus par des grands hommes et femmes politiques, dont les Premiers Ministres (présidentiables) Raffarin et Dominique de Villepin n’étaient pas les moindres! Des hommes et femmes politiques qui le soutiennent moins par soumission que par le devoir, alors que le vrai devoir est de sauver la France avant de sauver l’UMP (à quoi sert le parti si on perd la patrie ? comme une union de VRP de multinationales ?)- à quelqu’un comme Sarkozy et ses amis dans les medias qui critiquent les positions du Front National …et finit par n’en reprendre que les positions les plus abjectes ? Je voudrais lui dire la chose suivante à propos de l’immigration choisie : plutôt qu’un immigré bien éduqué et parlant le français, mieux vaut un immigré éduqué par et pensant comme les français. Le premier risque d’être égoïste, méprisant et communautariste, le deuxième reconnaissant et solidaire des autres français. Le premier sera redevable à des lobbies étranger, le deuxième sera redevable aux français. Le premier viendra récolter en France et thésauriser à l’étranger (avec ou sans Clear Stream Monsieur Sarkozy), le deuxième payera ses impôts en France, pour le bien de ses enfants et ceux des autres français. Mais certains ont l’habitude de fuir le pays quand il faut partager…Sarkozy a voulu nous donner l’exemple de Johnny Hallyday (dont j’admire le talent et la carrière) comme un français qui s’enfuit à cause de la pression fiscale, mais sait-il que vaut cet exemple si les français ne sont plus solidaires de Johnny et s’ils boycottent ses productions/concerts ? Combien de disques vendrait-il en Allemagne, Italie, Espagne, Angleterre ou aux Etats-Unis ? Mais peut-être il a la même conception de l’identité nationale que Sarkozy : son identité nationale est celle qui lui rapporte le plus d’argent!
En conclusion je me pose deux questions :Peut-on accepter comme Chef des Armées un fils d’immigré qui est mondialiste ?Peut-on accepter comme Chef d’Etat, Président de la République, quelqu’un comme Sarkozy pour qui l’identité nationale se protège en contrôlant les immigrés …tout en vendant libéralement la patrie ?
Raymond HireshParis, France
P.S. :1) Sarkozy et Le Pen : certains les comparent alors qu’ils ont une grande différence. Alors que Le Pen déteste certains étrangers et veut défendre l’identité française à sa manière, Sarkozy n’aime pas apparemment ni les étrangers ni les français à qui il veut imposer une rupture de culture pour ne pas dire d’identité.2) Sarkozy et l’UMP : Sarkozy et son lobby ne deviendraient vraiment dangereux que si Sarkozy devient par malheur Président. Il suffit aux membres de l’UMP de le soutenir comme il les a soutenu (càd lâchement et faiblement)! Ils peuvent être ainsi sûrs qu’il ne sera demain qu’un simple député ou élu local… le seul moyen pour protéger chacun d’eux de sa vengeance, qui ne sera pas négligeable : Sarkozy se vengera de tous ceux qu’il n’aime pas vraiment ou qui ne l’ont pas soutenu dès le départ! Ne lui donnez pas la force de se venger de vous…et de la France.

Alain KERHERVE 05/03/2007 11:11

La contorsion sémantique de Nicolas Sarkozy
 

Ce n
'
est pas la prestation devant la presse étrangère le 28 février qui changera fondamentalement les orientations du candidat UMP. Nicolas Sarkozy n
'
a pas fait oublier ses interventions précédentes. S
'
il a décidé de ne plus renier la politique étrangère de Jacques Chirac, qualifiée " d
'
exemplaire à bien des égards", notamment sur l
'
Irak, il ne peut effacer de la mémoire des français ses propos lors de sa visite à George W. Bush sur "l
'
arrogance" française, visant alors autant le Chef de l
'
Etat que Dominique de Villepin.
 

Soulignons plutôt que cette amabilité préméditée donnera à Jacques Chirac une liberté plus large pour annoncer son renoncement à un troisième mandat et un ralliement à Nicolas Sarkozy.
 

Quant à l
'
adhésion de la Turquie à l
'
Union européenne qui l
'
oppose à George W. Bush et qu
'
il prend bien soin à populariser, retenons quand-même que Nicolas Sarkozy est le vice-premier ministre du gouvernement qui aura favorisé et mis en œuvre, malgré une opposition majoritaire des Français, le processus d
'
adhésion de la Turquie
 

Ainsi, par des interventions souvent contradictoires et une communication particulièrement professionnelle, le Président-candidat de l
'
UMP aura éliminé les moins anti-gaullistes des "élites" au pouvoir : Michèle Alliot-Marie, Dominique de Villepin, et enfin Jacques Chirac. Louons la performance, fût-elle obtenue au prix d
'
une contorsion sémantique.
 

Silence pendant 5 ans
 

Pour ce qui concerne l
'
Europe, le choix est limpide. Le référendum du 29 mai 2005 restera, pour le candidat UMP, une tâche. En tant qu
'
outil au service de la démocratie, mais aussi par son résultat. Nicolas Sarkozy nous promet des lendemains sans référendum, l
'
élection du Président tous les cinq ans étant largement suffisante, avoue-t-il, pour assouvir la faim légitime de nos concitoyens de débattre de l
'
avenir de la France. Quant à la victoire du "non" remportée face à l
'
alliance UMP-PS, il propose de l
'
escamoter. Solution juridique inédite : non seulement le mandataire usurperait son mandat, mais il l
'
exécuterait contre la volonté du mandant ! Ainsi, le peuple, législateur direct, sera(it) prié de s
'
effacer derrière de pseudos "représentants" chargés de désavoué leurs électeurs. A dire les choses de façon plus policée, la méthode consisterait détourner le vote des Français par la voie parlementaire qu
'
il pourra, s
'
il parvient à la magistrature suprême, mieux maîtriser que ce "peuple qui s
'
est trompé ou a été trompé".
 

Les deux autres candidats du "oui", pourtant bien étrangers au gaullisme authentique, Ségolène Royale et François Bayrou, n
'
ont pas osé aller aussi loin : pour eux, seul un référendum peut modifier le résultat précédent, ont-ils fait savoir.
 

Campagne "vérité" de gaullisme.fr
 

Il sera intéressant, lors des élections législatives qui suivront la présidentielle, de recueillir la position des candidats estampillés UMP sur ce point particulier.
 

Cette campagne a pour but de mettre les candidats UMP aux prochaines législatives face à leur responsabilité. Avec l
'
aide de tous les sites internet gaullistes et républicains qui voudront bien y participer, cette campagne aura un impact médiatique et permettra aux Français de voter "efficace"
 

Soyez nombreux à adresser la lettre suivante aux candidats UMP à l
'
élection législative.[1]
 

Madame, Monsieur,
 

Vous avez décidé d
'
être candidat(e) à l
'
élection législative dans votre circonscription. Vous avez reçu l
'
investiture UMP.
 

Vous n
'
ignorez pas que Nicolas Sarkozy, président de l
'
UMP et candidat à la présidence de la république, propose s
'
il parvient à la magistrature suprême :
 

- la rédaction d
'
un nouveau traité reprenant certains éléments du TCE (Traité constitutionnel européen) rejeté par une majorité des Français le 29 mai 2005 ;
 

- la ratification de ce nouveau traité par la seule voie parlementaire.
 

Afin de voter en toute connaissance de cause en juin 2007 pour les élections législatives, je souhaite connaître votre position sur ce point.
 

Si vous êtes élu(e), apporterez-vous votre soutien de parlementaire à cette démarche ?
 

Poursuivre ensemble le combat
 

En effet,cette campagne ne peut être une fin en soi. Elle est le début d
'
un processus plus large et ambitieux.
 

Il faudra bien qu
'
un jour prochain les gaullistes et républicains sociaux, au-delà du clivage traditionnel gauche-droite incohérent qui structure notre vie politique, s
'
unissent pour donner aux Français un choix nouveau axé sur quelques orientations essentielles :
 






  l
'
indépendance nationale,
 

  une Europe des Nations et des projets librement partagés,
 

  la sauvegarde de notre système social et des services publics,
 

  l
'
implication d
'
un Etat fort pour la défense de l
'
intérêt général, y compris dans le
dom
aine économique,
 

  un nouveau pacte social mise en œuvre avec pour axe fondamental la "participation" des salariés à la vie et à la gestion de leurs entreprises…
 

Vaste programme !
 

Alain Kerhervé
 


[1] Votre lettre envoyée, adressez-en un double par courriel à contact@gaullisme.fr afin que nous puissions donner une ampleur nationale à cette campagne d’interpellation de l’éventuel président élu, pour qu’il respecte le vote référendaire des Français de mai 2005 et pour qu’il revienne sur son option anti-démocratique et anti-nationale. - Texte de la lettre au format Word sur www.gaullisme.fr
 


 


 

Gauliste 22/02/2007 12:12

L'un des problèmes fondamental dans cette campagne électoral, reste bien l'Europe. Et la position des favoris à cette élection, MM. Sarkozy, Bayrou et Mme Royal ne répond pas aux véritables enjeux européens et surtout ne tiennent pas compte, ce qui est scandaleux, de la position exprimée par les Français lors du referendum de mai 2005. Il faudra probablement leur rappeler la décision prise par le peuple souverain...

F. MAS 20/02/2007 16:10

Excellent monstration d'indépendance d'esprit. Pourquoi ne pas franchir le pas et rejoindre l'Union des Patriotes ? Elle est je pense le dernier refuge de ceux qui ne confondent pas la France avec un Kolkhoze ou une entreprise privée.http://union-des-patriotes.over-blog.com/