Dieudonné, ce pitre haineux...

Publié le par Christophe CHASTANET et Sébastien NANTZ

Le dirigeant gaulliste que je suis ne peut rester sans réaction à la lecture d'une interview de Dieudonné publiée ce vendredi sur www.camer.be, l'information claire et nette du Cameroun, intitulée sans ambages « De Gaulle, ce raciste viscéral... » (Source initiale : Gri-Gri international)

Je cite :

Pour agir sur le présent, vous pensez qu’il faut vraiment recourir au passé ?

Non. J’ai peut-être, d’ailleurs, par mimétisme, reproduit, à un moment donné de ma conscience politique, un combat qui pouvait paraître communautaire. Je pense que de Gaulle a trahi la république dans sa décolonisation. Il aurait dû donner l’accès à la république aux citoyens indigènes. Évidemment, il y aurait eu un président noir un jour ! (rires) Mais la France serait une superpuissance aujourd’hui. Parce qu’autour de la Francophonie , une unité culturelle était déjà faite.

Au Cameroun, le soutien est de l’ordre du principe, ou il va jusqu’à une parfaite acceptation de vos choix et discours ?

Il est clair que l’information, via les dépêches AFP, arrivent de France. « Cameroun Tribune », l’organe principal en presse écrite, relaye systématiquement. En ayant une position beaucoup plus sympathique que celles des médias ici. Sur le terrain... Ben, c’est un petit pays, Dieudonné Mbala Mbala est devenu un symbole de résistance. Bon, c’est vrai, le système y est ce qu’il est... Je n’aime pas participer à cette diabolisation des chefs d’États africains, qui sont à l’image des chefs d’États occidentaux, pas plus pourris que nos dirigeants. Oui, ils sont pieds et poings liés aux intérêts économiques de la France , la décolonisation a été un échec, et de l’esprit colonial on est arrivé à une maffia. Cette maffia est essentiellement soutenue et subventionnée par la France. Si on pouvait en finir avec ces réseaux... L’échec, c’est de Gaulle. Par son racisme viscéral, la décolonisation a été un échec, alors qu’elle aurait pu devenir le vrai projet de la république : l’égalité pour tous. Notre société serait aujourd’hui la première puissance !

Un conseil, monsieur l'humoriste, il est parfois préférable de se taire quand on ne connaît manifestement rien de ce que l'on affirme !

Il est assez consternant et paradoxal d'entendre de la bouche de cet homme qui éructe sa haine au nom de le liberté d'expression, autant de raccourcis historiques et de contrevérités en quelques lignes...

Rafraîchissons lui donc la mémoire...

Pour cela, remontons à 1944 à Brazzaville et relisons De Gaulle, ce raciste viscéral, dans le texte :

[…] "En Afrique française, comme dans tous les autres territoires ou des hommes vivent sous notre drapeau, il n’y aurait aucun progrès qui soit un progrès, si les hommes, sur leur terre natale, n’en profitaient pas moralement et matériellement, s’ils ne pouvaient s’élever peu à peu jusqu’au niveau où ils seront capables de participer chez eux à la gestion de leurs propres affaires.
C’est le devoir de la France de faire en sorte qu’il en soit ainsi.
Tel est le but vers lequel nous avons à nous diriger. Nous ne nous dissimulons pas la longueur des étapes. Vous avez Messieurs les Gouverneurs généraux et Gouverneurs, les pieds assez bien enfoncés dans la terre d’Afrique pour ne jamais perdre le sens de ce qui y est réalisable et, par conséquent, pratique. Au demeurant, il appartient à la nation française et il n’appartient qu’à elle, de procéder, le moment venu, aux réformes impériales de structure qu‘elle décidera dans sa souveraineté.
 […] "

 

En 1958, lors de son retour au pouvoir, le général de Gaulle a proposé une conception moderne des rapports de la France avec les peuples africains qui lui étaient associés : le cadre de la Communauté permettant à chacun d'entre eux d'exercer toutes les prérogatives de l'autonomie interne, avec l'aide de la France.

L'évolution rapide de la Communauté a porté chacun des États africains et Madagascar à exercer sa liberté de choix en direction de la souveraineté internationale.

De Gaulle y a toujours consenti et a adapté à cette nouvelle donnée la politique africaine du gouvernement, ses relations diplomatiques et sa coopération.

Il n'a jamais essayé de retenir les pays qui demandaient leur indépendance parce qu'il trouvait normal qu'ils veuillent gérer leurs affaires eux-mêmes et a géré au plus juste le problème algérien que lui avait laissé la 4eme République en conduisant l'Algérie à son indépendance, le seul sans doute qui en ait été capable.

De Gaulle a toujours été très clair sur la décolonisation et je le cite une nouvelle fois : « c'est un fait : la décolonisation est notre intérêt et, par conséquent, notre politique ».

Le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes n'était pas un simple argument politique pour De Gaulle mais bien une conviction profonde, un principe cardinal, qu'il avait proclamé à Brazzaville en 1944 et répété à Phnom-Penh en 1966.

Vis à vis des pays francophones comme de l'Afrique, le général de Gaulle a été le premier et le seul chef d'État à imaginer une réelle politique globale, généreuse et respectueuse des souverainetés.

Mais ces discours, comme la politique de De Gaulle, sont-ils seulement connus de ce brillant candidat à la présidentielle de 2007 qu'est Dieudonné M'Bala M'Bala ?

Pour conclure ce coup de gueule, je reprendrai simplement les propos d'Elie Semoun, son ancien partenaire de scène, qui le 23 février 2004, lui adressa dans Libération une lettre ouverte commençant par « Salut Bouffon », où il écrivait notamment : « Je te vois t'agiter comme un mauvais jongleur dans un cirque bidon, applaudi par des gens qu'on ne discerne pas, juste éclairés par les lumières de la scène, je vois des types plus ou moins louches… certains ont des kippas ou des foulards, j'en vois un qui est venu avec sa fille, il a un œil en moins, il se frotte les mains. Je ne veux pas entrer dans la polémique, tu fais ça plus mal que moi, mais le talent n'excuse pas tout et certaines petites phrases allument un feu que personne ne voudrait voir s'étendre à part quelques fous et pas toi j'espère...».

Continuez ainsi Dieudonné M'Bala M'Bala, vous vous améliorez !

 

 

 

 

 

 

Christophe CHASTANET

Secrétaire Général d'INITIATIVE GAULLISTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article