Référendum du 29 mai 2005, 1 an après.....

Publié le par Sébastien NANTZ et Christophe CHASTANET

Aujourd'hui nous fêtons le premier anniversaire de cette victoire historique qui s'est déroulée le 29 mai 2005. Quelle conclusion peut-on en tirer 1 an après celle ci ? Loin de s'avouer vaincus, les défenseurs de la construction d'une Europe fédérale n'ont pas tenu compte de la souveraineté populaire des français ! Bien au contraire, certains députés ont proposé que la 1ère partie du TCE qui porte sur l'organisation supranationale de l'Europe, soit soumise et ratifiée par le parlement. Cette idée est également venue en tête de certains candidats (déclarés ou pas encore) à la présidence de la République.

Ce genre de méthode est digne d'une dictature car elle prévoit ainsi de baillonner la voix du peuple français qui s'est pourtant clairement exprimé à ce sujet.


Au niveau européen, malgrè le NON des peuples français et Hollandais on s'aperçoit que le traité européen continue à être ratifié dans d'autres pays. Mais que cela signifie-il donc ? A quoi sert de continuer à faire ratifier un texte qui en théorie est déjà mort ? A moins qu'on ne tente finalement de nous l'imposer ?


Monsieur Fabius pourtant un tenant du NON de gauche, vient de se déclarer favorable à présenter aux français un autre texte qui porterait essentiellement et également sur la 1ère partie de ce TCE. Il semblerait que certains républicains-souverainistes de gauche seraient prêts à le soutenir pour la présidentielle en 2007. Mais comment peut-on encore se réclamer défenseur de la République et souverainiste quand on soutient un candidat qui veut transformer la France en une simple province de l'Europe fédérale ?

« Tout système qui consisterait à transmettre notre souveraineté à des aréopages internationaux serait incompatible avec les droits et les devoirs de la république. » Charles De Gaulle, 1963.


Ceux qui devaient restaurer une véritable gauche républicaine après 2002 semblent être confontrés à un choix cornélien, la République ou la gauche ? Beaucoup ont donc déjà choisi, ce sera la gauche ! Etonnament quelques "soit disant" gaullistes de gauche seraient également tentés pour soutenir la candidature Fabius, préférant donc favoriser le social à la nation alors que pour tous gaullistes et plus particulièrement tous gaullistes de gauche, dignes de ce nom, ces deux notions sont inséparables !



Pour notre part, nous gaullistes, également artisans de la victoire du NON ce que les médias semblent d'ailleurs oublié, nous continuerons à placer la France et la République au dessus des clivages politiques. Nous appellons les Républicains de gauche qui restent attachés à l'idée que la défense de la République est plus importante que celle d'un clivage politique, à prendre contact avec les vrais gaullistes.

Sébastien NANTZ

Debout La République

Christophe Chastanet

Initiative Gaulliste

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article