Appel aux Gaullistes

Publié le par Sebastien Nantz


Chers Compagnons,

Dimanche 29 mai 2005 fut un grand jour pour nos mouvements et nos idées, mais il est évident que si nous avons gagné cette bataille, nous n’avons pas pour autant gagné la guerre. En effet, nous pouvons compter sur nos dirigeants actuels pour continuer leur travail de décomposition nationale et de reniement républicain comme si rien ne s’était passé en ce beau dimanche de mai.

Devant ce danger toujours présent, les gaullistes se doivent enfin de réagir et de cesser leurs querelles de clochers qui n’avantage aucun d’entre nous, si ce n’est nos adversaires. Ce qui nous rassemble est évidemment plus fort que ce qui nous divise.

Nous devons en prendre conscience.

Le moment est opportun, il faut donc en profiter pour dès à présent nous rassembler.

Deux visions s’offrent à nous :

La première serait, comme certains le souhaitent, que ce rassemblement travaille avec l’UMP, c’est-à-dire, ne nous faisons pas d’illusions, coller les affiches des candidats UMP pendant les élections. Tel sera notre rôle.                                                                                                                                                           Cette soumission ne saurait également s'appliquer en faveur d'autres mouvements. Le gaullisme n'est pas, à proprement parlé, une simple idéologie de droite, encore moins d'extrême droite et n'a pas la vocation de l'être ou de s'y assimiler. Nous ne pouvons, nous ne saurons, nous ranger derrière une personne qui juge le gaullisme comme une simple "coquetterie".

La seconde, celle que nous appelons de nos voeux, est de voir se reconstruire un grand mouvement qui confédérerait nos forces afin de proposer aux français un 3eme choix entre le PS et l’UMP.

Nous méritons autre chose qu’un rôle de faire-valoir. Notre avenir est entre nos mains.

-  Nous appelons dès aujourd’hui les partisans et les dirigeants du NON gaulliste à prendre leurs responsabilités car on ne peut pas indéfiniment critiquer la politique gouvernementale et s’opposer à elle dans les grandes orientations nationales tout en se réclamant de la majorité.

S’allier à l’UMP est une chimère et pas plus que hier, nous n’aurons demain un quelconque poids dans ce mouvement, la campagne référendaire l’a d’ailleurs très clairement montré.

Pour notre part, nous refusons d’être les cautions « souverainistes » de ce mouvement politique qui ose se nommer « populaire » tout en refusant d’écouter la voix du peuple français.

-  Nous appelons également les gaullistes « historiques » à soutenir notre action de refondation d’un grand mouvement gaulliste et républicain, car ils sont la mémoire vivante du gaullisme et ils ont encore un devoir à accomplir : celui de nous guider et de nous conseiller.

Après 1958, nous avons aujourd’hui l’occasion de marquer le retour des valeurs que nous portons et défendons. Le gaullisme n’est pas mort c’est à nous de le montrer à la France toute entière.

-  Enfin nous appelons au rassemblement et à l’union du peuple français, qui est le seul maître de son destin et de celui de notre pays.

 

Sébastien NANTZ

Debout La République

 

Christophe CHASTANET

Initiative Gaulliste

Publié dans Vrais Gaullistes

Commenter cet article

Sébastien NANTZ 06/05/2006 05:04

Si c'est de de villiers ce candidat dont vous nous parlez, je pense que l'attitude de ses militants à notre égard ne peut que lui porter préjudice.
Je vous conseille de lire l'article sur ce blog "Méthodes méprisables"

Michel THOMAS 05/05/2006 12:17

Même s\\\'il parvient à s\\\'effectuer, ce rassemblement ne permettra pas au Gaullisme autre chose qu\\\'une figuration en 2007. A moins de reporter toujours l\\\'hypothèse d\\\'un candidat possible à une échéance indéterminée - et interminable- c\\\'est bien pourtant pour 2007 qu\\\'il faut créer une vague de fond monumentale. Et le seul moyen d\\\'y parvenir était d\\\' abandonner les querelles d\\\'appartenance, et de ne pas fermer d\\\'avance à la partie la plus lucide de l\\\'électorat, qui est en même temps la moins habile à se faire représenter et comprendre,  la part du débat qui lui revient.  Si un candidat, malgré ses défauts,  présente une envergure nationale, et qu\\\'il réunit les conditions qui permettent de parer à l\\\'urgence, savoir : lutter totalement contre l\\\'immigration actuellement exponentielle et qui est de surcroît de plus en plus virulente, ainsi que s\\\'engager pour la base essentielle des valeurs du pays, il importe peu qu\\\'il soit Gaulliste Historique. Et si d\\\'aventure, ce candidat se trouvait avoir été libéral, il a le droit, par un travail de réflexion ainsi que par souci de rassemblement, de faire évoluer ses choix.Si un candidat qui se prétend Gaulliste, choisit - ou laisse ceux qui parlent en son nom le prétendre pour lui - fermer la porte à l\\\'électorat opposé à l\\\'immigration, il est bien peu Gaulliste. Si l\\\'on doit revivre les mêmes scènes, avec quelques changements dans les décors, et quelques figurants nouveaux, mais en occultant la réalité du Peuple Français dont quarante, à soixante pour cent selon les votes,  ont choisi l\\\'abstinence :  oui, l\\\'abstinence et non l\\\'abstention !  Car, privés de choix, privés de l\\\'honorabilité et de la sincérité du discours politique, privés enfin du droit d\\\'une juste représentation de leurs idées et de leur prise en compte au moins partielle, ces électeurs sont d\\\'avance conduits à ne plus exercer leur chance et leur droit de voter !  Donc, si l\\\'on doit répéter les mêmes erreurs qui depuis vingt ans ont transformé un pays en plateforme de transit de la virulence mondialiste, il est alors inutle de se donner l\\\'illusion d\\\'exister et d\\\'être différent. Les permanents de l\\\'institution politiquement correcte emplissent déjà très bien cette fonction.